Partagez | 
 

 Chloe Price - A pirate story

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Scary Punk Ghost
avatar

Scary Punk Ghost

Messages : 86
Orientation sexuelle : Hella gay !
Côté coeur ? : Does a missing love can leave a place to another one which is blooming again from the past ?
Age du personnage : 19 ans
Animal Spirituel : Morpho bleu
Date d'inscription : 25/09/2016
Emploi : None
Localisation : Très certainement dans ma piaule entrain de fumer.

MessageSujet: Chloe Price - A pirate story   Mer 2 Nov - 1:57



   
         
Live long, die many times

           
My pathetic story


          Il s’est passé tellement de merde dans ma vie, alors je trouvais ça plutôt intéressant de lister ! Non pas pour faire ma victime, mais d’après plusieurs spécialistes ça aide de poser nos expériences sur papier, afin de mieux les accepter, ça les rend plus réelles, on ne vit plus dans le dénis. Oui des spécialistes, j’ai pu en voir une ribambelle, dans mon passé, forcée par ma mère même si ça durait, je sais pas, jamais plus de deux ou trois séances.

Bon par où commencer ? Je veux pas raconter ma vie de A à Z, y’aurait trop à dire rien que mon enfance avec Max, oh bordel, je sais pas si j’aurais assez d’une vie pour écrire toutes les conneries qu’on à faite ! C’est peut être pas très important pour vous de savoir ça, mais pour moi c’est un événement qui a marqué mon enfance, voire ma vie. Ma rencontre avec Max, rien d’extraordinaire honnêtement, ma mère a toujours bossé au Two Whales, depuis ma naissance je pense bien, et un jour où j’attendais qu’elle finisse son boulot avec mon père, à une table, je m’emmerdais sec et j’ai juste vu un couple avec une petite d’à peu près mon âge. Elle avait l’air sympa donc je me suis levée et j’ai voulu engager la discussion. Elle était hyper timide, et je trouvais ça mignon, alors que mon père s’excusait du dérangement que je causais, et il commença très vite à converser avec Ryan et Vanessa Caulfield. J’eu du mal à dérider la petite Maxine qui préférait limite se cacher derrière sa mère, mais avant même que ma mère eu fini son service, on éclatait déjà de rire ensemble. Puis peu après je remarquais qu’on était à la même primaire et ce fut le début d’une longue amitié. On a du rester sept, huit ans meilleures amies du monde. C’était la bonne époque et parfois je me dit que j’aimerais vraiment revenir à cette période insouciante où l’on était juste deux petites pirates téméraires !

Mais rien n’est parfait et tout se gâta quand j’eu quatorze ans. Alors déjà, alors que je venais à peine de réaliser que « oh shit je suis amoureuse de ma meilleure amie, mais c’est pas normal, deux filles sont pas censées s’aimer. Faut que je le cache autrement je vais briser notre amitié », mon père… disparu brusquement, dans un accident de voiture. Ainsi je peux vous dire qu’au jour d’aujourd’hui, je suis plus que prudente en bagnole. J’eu du mal, beaucoup de mal, à accepter cela, et je pense que même maintenant ça continue à me hanter. Max était carrément dépassée par tout cela. Je lui en voulait pas, je savais qu’elle avait du mal, je pense être l’une des seules personnes au courant du syndrome d’Asperger de Max, outre si l’on s’intéresse à son dossier scolaire et à son programme spécifique. Et encore actuellement même si elle reste parfois un peu maladroite, voire inconfortable vis-à-vis de certaines interactions sociales, ça ne se remarque pas vraiment, c’était bien pire quand elle était petite. Donc pour elle, gérer sa meilleure amie dépressive, je comprenais que c’était dur et j’avais pas envie de lui rajouter ce poids, elle essayait d’être là pour moi, à sa manière. Puis mes sentiments pour elle faisaient que je lui pardonnais tout. Outre le fait qu’elle m’ait abandonnée.

Même pas un mois après l’événement tragique, ses parents déménageaient. Mutation de Ryan. Good timing. Vraiment. Quand on m’annonça ça le jour même où Max devait partir, je fus détruite. Je perdais tout ce que j’avais. Mon père, ma meilleure amie et la fille pour qui j’éprouvais de forts sentiments. Et un peu ma mère, car depuis ce jour, elle ne fut plus du tout la même. La mort de William l’avait également affectée, à sa manière. Mon petit monde s’écroulait et pour une gamine de 14ans c’était dur à avaler. Je me sentais abandonnée et je ne m’étais jamais sentie aussi mal. J’essayais de me conforter en me disant qu’on allait garder contacte, qu’on allait se téléphoner, se voir durant les vacances… j’avais juste pas le cœur de faire le premier pas. Je gardais un peu d’amertume vis-à-vis de son départ et je me prêtais à penser que ses parents avaient fait exprès pour me pourrir encore plus la vie et d’autres conneries du genre. Puis je n’osais pas, à chaque fois que je commençais à écrire ou que je composais ton numéro… je bloquais. Qu’est-ce que j’allais dire ? « Max revient, par pitié, j’ai besoin de toi, je t’aime, tu es tout ce qui me reste ». Pff. Comme si ça allait changer grand-chose, je ne pouvais pas la faire revenir ainsi et ça allait rendre les choses encore plus délicates. Puis les jours et semaines passaient, au début je lui pardonnais, ça devait être dur pour elle de s’accoutumer à un nouvel environnement, puis le déménagement tout ça, elle avait sûrement pas le temps. Puis les mois passèrent et je commençais à me dire qu’elle m’avait oubliée, qu’elle avait tourné la page, et que peut être même, je n’étais pas si importante que ça pour elle. Et je peux vous avouer que ça faisait mal, vraiment. Je ne m’étais jamais sentie aussi seule et ma mère n’aidait en rien, trop occupée par sa propre déprime et submergée par le boulot, devant rejoindre les deux bouts depuis que mon père n’était plus là. Au fil des années, le nom de « Max Caulfield » me restait en travers la gorge et quand j’y pensais, c’était plus les mauvais souvenir que les bons qui me revenaient. Je me pris plusieurs fois à visiter son facebook et je voyais qu’elle avait refait sa vie, nouveaux amis, nouvelle école. Elle semblait heureuse. Tant mieux pour elle. Je m’étais empêcher plusieurs fois à lui envoyer des messages qui auraient exprimés toute ma rancœur envers elle, mais je me retenais, je ne voulais pas remuer le passé.

Il était tellement simple de se mettre à détester pour taire ses sentiments au lieu de souffrir en silence et gérer deux deuils en même temps.

Les années qui suivirent, well… ce fut les plus dures de ma vie. Je continuais à me battre pour garder un niveau scolaire correct, mais à côté, j’avais besoin de me vider la tête, d’éloigner mes idées noires. J’ai commençais alors à piquer les cigarettes de ma mère avant qu’elle arrête de fumer, puis peu à peu j’ai commencé à avoir de mauvaises fréquentations au lycée, j’ai coupé mes cheveux, j’ai commencé à m’auto détruire. L’alcool suivit très vite, et la drogue aussi puis les gars, et les filles. Juste, tout pour me pousser loin de mes problèmes. Je menais une vie de débauchée et j’avais à peine seize piges. Ca se gâta de plus en plus quand ma mère décida de se marier à cet enculé qu’elle avait rencontré même pas un an après le décès de mon père. Il arriva chez nous avec ses grands sabots, sa grande gueule et s’auto proclama comme mon père de remplacement. Personne ne pourrait remplacer mon père. Jamais. Le step-douche et moi, on ne s’entendait pas du tout. Il trouvait que je pourrissais la vie à ma mère, car bon dieu, le nombre de fois qu’elle avait du venir me chercher au poste de police, que ce soit pour dégradations sur les lieux publiques, alcoolisme ou bagarres en tout genre. Moi je trouvais juste un enfoiré qui profitait de ma mère et qui voulait faire régner son commandement sur la maison. Ma vie fut de pire en pire et je ne guérissais pas, « le temps guérit toutes les blessures du cœur » mon cul. J’étais un cas perdu et ça s’était confirmé quand je commençais à en avoir marre de ma vie.

Je voulais sérieusement en finir, depuis longtemps j’envisageais cela, basiquement depuis le départ de Max et je ne sais pas comment j’ai fait pour tenir aussi longtemps, m’accrochant au maigre espoir que ma vie s’améliore peut être ? Mais j’étais au fond du trou, et le destin en décida autrement. Ce fut peut être une claque pour ma mère et elle essaya de son mieux de me soutenir, puisqu’elle, elle avait enfin réussi à passer à autre chose. Mais je préférais rester renfermée sur moi, prostrée, refusant de laisser mes barrières s’abaisser.

Jusqu’à l’arrivée de Rachel, dix sept ans, nouvelle fille arrivée de Californie dans notre classe, donc ça faisait parler du monde. Elle était appréciée par tous, et même si elle avait des airs de jeunes filles sages, lorsqu’elle nous rejoignait lors des party, je la voyais sous un tout autre angle. Ok je la trouvais magnifique, ce caractère si sûre d’elle était aussi plutôt attirant. Au fond elle était peut être la personne que je rêvais de devenir, aimée de tous, forte, quelqu’un qu’on laisse pas tomber comme ça quoi. Au début je m’étais limite poussée à la détester, à trouver toutes les raisons du monde pour pas traîner avec elle, pourtant elle se rapprocha vite de moi. Je sais pas, peut être qu’elle prenait mon caractère associable comme un challenge ? Et on finit par traîner ensemble car elle avait détruit toutes mes barrières. Elle me donnait un nouveau départ, une nouvelle raison de vivre. C’était mon ange, elle m’avait sauvait la vie. Et dire que si elle ne m’avait pas tendu la main, j’aurais peut être retenté et je ne serais plus là aujourd’hui. Pendant deux putains de bonnes années on était un duo de choc et j’ai commençais à éprouver une forte attirance pour elle, je tombais de nouveau amoureuse et j’étais de nouveau prise entre deux feux. Bon c’était plus un secret pour personne que j’étais tout autant attirée par les filles que par les mecs, mais j’ai toujours su qu’au fond de moi, Rachel ne s’intéressait pas à moi et j’étais convaincue qu’elle était hétéro. Alors je taisais mes sentiments, même si c’était obvious et qu’elle me taquinait souvent sur ça. Au moins elle le prenait pas mal et elle ne s’éloignait pas de moi.

Dix huit ans et on intégra toute les deux Blackwell. Elle en photographie, rêvant de devenir mannequin, et moi arts, car je savais pas ce que je voulais faire de ma vie mais que j’aimais simplement dessiner de temps en temps, donc on verrait bien où ça me mènerait. Diplômé de Blackwell, avec un peu d’argent on pouvait aller n’importe où après. En début d’année on faisait que des conneries ensemble, et tout allait pour le mieux, je reprenais goût à la vie.

Et tout s’effondra de nouveau. Rachel disparue du jour au lendemain. Elle me pressait de plus en plus pour qu’on s’enfuit à Los Angeles ensemble, alors je sentais qui lui été arrivé quelque chose. Elle ne pouvait pas partir sans moi. Mais personne ne me croyait et ses parents en avaient rien à foutre. Je fis tout mon possible pour la retrouver, la re-contacter, mais rien. Mes messages et mes appels restaient sans réponses. N’en pouvait plus de toute cette pression, je retombais vite dans le cercle vicieux de la dépression, j’abandonnais mes études et je me foutais encore plus dans la merde, avec Prescott, avec Frank…

Après cela, Max revint de nouveau dans ma vie et de la manière la plus inattendue qui soit. Elle m’avait sauvé la vie holy shit. Et c’est à ce moment là, de nouveau proche de la mort, que je réalisais que je ne voulais pas abandonner de nouveau, qu’il y avait toujours un espoir, que Rachel m’attendait peut être, et que ma vie allait peut être de nouveau se redresser. Et Max me montra parfaitement que oui, c’était possible, elle rallumait cette étincelle qui s’était éteinte à son départ, et même si je m’étais poussée à la haïr, la rancœur ne pu rester. Puis tout ce merdier de pouvoir remonter dans le temps s’en mêla et je fus totalement paumée. Mais heureuse de retrouver ma meilleure amie d’enfance et motivée et retrouver mon ange.

Rachel est morte. Une nouvelle déception à rajouter à la longue liste qu’il y avait. Je ne pu regarder son cadavre plus longtemps totalement décomposé dans ce sac, asséché, ses longs cheveux blonds, sa boucle d’oreille. C’était elle. Pourquoi ça devait lui arriver ? Pourquoi à elle ? Elle était trop parfaite pour ce monde. C’était dur à accepter mais au fond, j’avais fini par m’en douter. Qui disparaît six mois pour revenir en vie comme si de rien n’était ? Max fut là pour moi et sans elle je n’aurais pas tenu le coup. J’allais venger mon ange.

Après tout ça c’était flou. Je sais que la mort me courrait au cul dans une insipide parodie de Destination finale, je me rappel de la fête du Vortex club, de Max qui m’annonce qu’elle m’avait vu tétraplégique dans une réalité alternative, de la tornade qui arrive. Puis rien. Le noir. Tout le monde fut prévenu de la tornade, la ville fut évacuée. Aucune perte humaine, c’était un miracle.

La ville se reconstruisait sur ses décombres. Sans compter que Sean Prescott en profitait largement pour avoir un peu plus la main dessus. Il aidait à la reconstruction mais il avait les clefs totales de la ville. Quel enculé. Il allait raser plusieurs endroits d’habitations pour implanter Pan Estate, un putain de lotissement de maisons de riches qui jurait totalement avec le reste d’Arcadia et qui allait juste attirer encore plus de fils à papa tels que Nathan. Super. Mais au moins la ville se relevait et ça faisait plaisir à voir. Et par miracle, je n’avais plus été en danger de mort imminent depuis… quatre mois. Wow.

Avec Max, ça n’a toujours pas évolué, j’ai toujours du mal à accepter la mort de Rachel et parfois je me prends à me morfondre dessus et à souhaiter qu’elle soit là, avec moi. Je sais que j’ai toujours de très forts sentiments pour mon ange, et je n’ai nullement envie de commencer quelque chose avec Max avec ça en tête. Compréhensible non ? Je sais que la brunette m’intéresse et damn que j’ai besoin d’être à ses côtés, que c’est repartit comme quand on était gamine. Et je me rappel que quand je l’avais défiée de m’embrasser, elle l’avait fait ! Je voulais pas m’imaginer des choses, et même si j’étais peu sûre de moi je restais tout de même assez provocatrice et je la dragouillais de temps en temps, faisant passer cela pour de l’humour. On était bien ainsi. Dans le flou. Pour le moment. Aucune de nous deux n’a fait avancer de nouveau notre relation depuis, on reste juste les meilleures amies du monde comme lorsqu’on était enfant. C’était réconfortant. Alors autant laisser les choses ainsi et éviter de se prendre trop la tête. Puis à côté je commençais à baisser mes barrières et à accepter un peu plus le monde qui m’entour. Kate, Justin, même cette cheerleader, Dana. Juste Nathan et le Step-Douche, ça, ça passerait pas, dès que je vois leur sale gueule j’ai envie de les frapper. Mais outre ça, la vie suivait son court et était plus que normale. Nathan. Ce pourrit mériterait d’être en taule. Mais…impossible de retrouver les preuves qu’on avait vues avec Max. Et je savais que je serais sérieusement dans la merde si je lui explosais sa petite gueule de gosse de riche. Max avait réussi à me raisonner. Alors on attendait juste le bon moment pour le coincer. Mais je le gardais à l’œil.

Oui. La vie avait repris son court normal.

passe ta souris si tu veux en savoir plus
19ans Sexuality fluid Célibataire Disponibilité RP : Maybe   Fiche Relations

           
           
           

Rps en cours


           I'm a firefighter Justin Williams (12/01/13)
           The Bigfoot's Hungover Libre (07/02/14)
           Rescue or date ? Head or tail ? Max Caulfield (14/02/14)
           Sunset Meal Alex N. Edelstein + Justin Williams (16/02/14)

           


Rps prévus


           Avec Rachel Amber (past) during a party
           Avec Nom Prenom + date
           Avec Nom Prenom + date
           


Rps abandonnés


           [url=LIEN RP]RP [/url] avec Nom Prenom + date
           [url=LIEN RP]RP [/url] avec Nom Prenom + date
           [url=LIEN RP]RP [/url] avec Nom Prenom + date
           


Rps terminés


           Rencontre fortuite, entraide bienvenue Brooke Scott (11/02/14)
           [url=LIEN RP]RP [/url] avec Nom Prenom + date
           [url=LIEN RP]RP [/url] avec Nom Prenom + date
           
© Nalex

_________________
It has been said something as small as the flutter of a butterfly’s wing can ultimatly cause a typhoon halfway around the world.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Chloe Price - A pirate story

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Josh Price [TERMINE]
» Les chansons de pirate !
» Et un, et deux, et trois ! C'est l'histoire du pirate de l'îleuuuuuuuuuuuh ♫
» Une quête pour devenir un pirate !
» [mini-event] Raviver une legende : le conseil pirate

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Life Is Strange :: Registre des habitants :: Relations et archives d'écritures :: Chronologie-